20.5 C
Dakar
lundi, novembre 28, 2022
spot_img

Trafic présumé de passeports diplomatiques: Les minutes de la confrontation entre Biaye et Sall

Le juge d’instruction du deuxième cabinet du Tribunal de Dakar a confronté, ce mardi, les députés Mamadou Sall, Boubacar Biaye, leur complice présumé El Hadji Diadji Condé et l’une des épouses fictives, O. Touré.

Le magistrat les a entendus dans le fond du dossier. L’Observateur, dans sa parution d’aujourd’hui, mercredi 9 février, révèle que le sieur Condé a reconnu d’emblée les faits et a lavé à grande eau les parlementaires. Il est revenu sur ses déclarations pendant la garde à vue à la Division d’investigation criminelle (Dic). Ainsi, il a déchargé ses co-accusés et estime avoir traité directement avec les dames O. Touré et Ng. Camara, autrices des plaintes qui les ont faits écrouer. “J’ai confectionné ces faux actes de mariage à l’insu des députés Sall et Biaye”, confie-t-il au magistrat.

Mais, ces allégations vont être battues en brèche par la dame O. Touré. L’épouse fictive de Boubacar Biaye a confirmé les déclarations faites à la Dic. Elle a réitéré ses accusations. Mamadou Sall, ignorant que celle-ci détenait des preuves l’accablant, va reprendre la parole dans le bureau du juge pour se dédouaner. Dès lors, O. Touré sortira un audio qu’elle avait enregistré en traitant avec lui. A l’écoute de l’enregistrement, Sall a commencé à trembler des mains. Un geste qui n’a pas échappé à la vigilance de l’instructeur, qui a décidé de saisir un huissier afin d’authentifier la pièce.

Une perquisition effectuée chez Condé avait permis aux enquêteurs de mettre la main sur des certificats de mariage aux noms de Mamadou Sall, O. Touré, Ng. Camara et Boubacar Biaye.

Une plainte déposée par O. Touré est à l(origine de cette affaire judiciaire. N’ayant pu rentrer dans ses fonds – cinq (5) millions de francs Cfa -, ni obtenir de passeport diplomatique O. Touré a dû saisir la justice. Ce qui a donné suite à l’inculpation de Condé, le 13 septembre 2021. Il est poursuivi pour blanchiment de capitaux, faux en écritures publiques authentiques, faux et usage de faux sur des documents administratifs. Les parlementaires Mamadou Sall et Boubacar Biaye l’ont, ensuite, rejoint en prison pour les mêmes motifs.

Articles associés

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Restez informés

0FansJ'aime
3,580SuiveursSuivre
20,300AbonnésS'abonner
spot_img

Articles récents

Postafrique

GRATUIT
VOIR