25.5 C
Dakar
dimanche, octobre 2, 2022
spot_img

Taïba Ndiaye: Deux semaines sans eau, la population exige le départ d’Aquatech et interpelle les autorités

À couteaux tirés avec Aquatech, les populations de Taïba Ndiaye n’en peuvent plus du calvaire que l’entreprise de fourniture d’eau leur fait vivre. Malgré les nombreuses actions menées, les habitants de cette localité sont restés deux semaines sans le liquide précieux. Une situation qui a provoqué l’ire des populations qui décident de régler le problème à leur manière: refuser de payer les factures et exiger le départ immédiat d’Aquatech qui essaie vainement de les intimider.

Si l’eau est source de problèmes à Dakar, de par son abondance due aux pluies ininterrompues, elle cause des difficultés ailleurs du fait de sa rareté. A Taïba Ndiaye, localité sise dans le département de Tivaouane, les habitants ont la gorge sèche depuis quelques temps.

Président de l’association Taxawu Taïba, Modou Ndiaye trace la genèse du contentieux. « Le problème a commencé depuis 2018 quand on nous a annoncé que la gestion du forage allait être confiée à une structure privée et que Aquatech a gagner la zone de Thies », rappelle-t-il.

Naturellement, une telle réforme voulue par l’Etat du Sénégal n’était pas du goût de tous. « Au début nous avions refusé qu’Aquatec s’installe chez nous. Puis avec l’intervention de l’ex maire Alé Lô, la structure a commencé à gérer le forage, de concert avec un GIE. Et c’est ce dernier qui s’occupait du recouvrement pour verser l’argent à Aquatec », ajoute-t-il.

La nature du problème ? Elle est justement liée à la gestion financière du forage, selon M. Ndiaye, président de Taxawu Taïba. « Malgré les sommes encaissées, Aquatech n’a jamais daigné payer les factures d’électricité à la Senelec. Ce qui a créé une dette de 9 millions Fcfa, et le non-paiement dudit montant a abouti à la coupure du courant du forage de Taïba Ndiaye. C’est ainsi que le maire d’alors Alé Lô avait réglé la facture puis avait demandé au GIE de ne plus verser l’argent à Aquatech et de payer directement à la Senelec. Voilà pourquoi les gens insistent pour demander que cette structure s’en aille et depuis deux ans on ne les voit pas ».

Abondant dans le même sens, Mambaye Ndiaye, membre de Taxawu Taïba et professeur de son état, déplore que l’installation de la société de gestion d’eau ait causé plus de torts qu’elle n’a réglé de problèmes. « Avant l’arrivée d’Aquatech, se souvient-il,Taïba Ndiaye disposait de deux forages qui fonctionnaient à merveille et il n’y avait jamais eu de problèmes d’eau. »

A l’en croire, « la structure n’a pas respecté le cahier de charges qui lui était dévolu puisqu’on leur a demandé, primo qu’il n’y ait pas de rupture dans la fourniture de l’eau, deuxio qu’il devrait y avoir une extension à Taïba, ce qui était déjà prévu. Mais rien de cela n’a été respecté. Car en plus du non-paiement de la facture, il y a eu le problème des coupures d’eau récurrentes. Des villages comme Ndomore, Taïba Mbaye, Taïba Santhieu n’ont plus accès à l’eau de qualité et en permanence. C’est pourquoi Taxawu Taïba a décidé de boycotter le paiement des factures et cela tant que le cahier de charges n’est pas respecté ».

Mambaye Ndiaye qui met en cause le GIE qui collaborait avec Aquatec dans l’affaire de la dette des 9 millions Cfa (les deux structures se renvoyant la balle) rappelle à la société son engagement de traiter directement avec la population : « Aquatech avait pris l’engagement de collaborer directement avec Taxawu Taïba qui s’occupe des intérêts de la population ».

N’en pouvant plus de ce calvaire, les populations scandent à l’unisson « Aquatech dégage ! », espérant trouver un écho favorable au niveau des autorités. « Cela fait deux semaines que Taïba Ndiaye n’a pas d’eau parce que la Senelec a définitivement coupé le courant. Par conséquent tout le monde se rue au système-D, certains allant même jusqu’à recourir à l’eau de puits, avec tout ce que ça comporte comme risques », rembobine le professeur d’histoire et de géographie.

Les compagnons de Modou Ndiaye  déplorent la non implication des autorités étatiques, notamment le sous-préfet, qui n’ont pas soutenu la population dans ce combat. Ils exigent le respect des engagements d’Aquatec, en l’occurrence,  « la fourniture correcte en eau, et l’implication directe de Taxawu Taïba dans la gestion du forage » non sans dénoncer l’intimidation d’Aquatech qui, se sentant acculée, a servi deux convocations à deux de leurs membres la semaine dernière.

Senenews

Articles associés

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Restez informés

0FansJ'aime
3,506SuiveursSuivre
20,100AbonnésS'abonner
spot_img

Articles récents

Postafrique

GRATUIT
VOIR