/

SALEMATA ET RANEROU EN SITUATION DE CRISE « Le Budget du plan de riposte est de 26 milliards… »

7 mins read

, selon Jean Pierre Senghor (SECNSA) Plus de 217 projets que le SECNSA va suivre dans tout le Sénégal, Une tâche titanesque, presque impossible. Le cadre harmonisé, qui est un outil partagé par 17 pays, les 15 de la CEDEAO, plus la Mauritanie et le Tchad. En Mars 2021, plus de 37 000 ménages identifiés, avec une projection de 61 000 ménages, près de 500 000 personnes seraient en situation de crise au triptyque des mois de Juin-Juillet-Août 2021. SALEMATA et RANEROU en crise, la pression a pris de l’ampleur, beaucoup de départements sont entrées sous pression et la situation minimale s’est rétrécie. Une situation non alarmante ! D’une histoire jamais racontée, clarifiée par Monsieur Jean Pierre Senghor (JPS : Ndlr), Secrétaire Exécutif du SECNSA, Mardi matin 22 Juin 2021 à Dakar, au cours de l’ouverture officielle du forum national sur les prospectives alimentaires du Sénégal à l’horizon 2035, 1ière édition du genre. Tapis Herbacé des Mots et Maux de l’Insécurité Alimentaire (IA) ! Morceaux Choisis… Le forum national sur les prospectives alimentaires du Sénégal à l’horizon 2035, dont l’objectif principal est de : « Promouvoir des Modes d’Alimentation qui préservent durablement la santé des populations sénégalaises », 1ière édition du genre, s’est ouvert, mardi matin à Dakar, sous la houlette de Monsieur Jean Pierre Senghor, Secrétaire Exécutif du Conseil National de Sécurité Alimentaire (SE-CNSA), qui est parti pour être un marathon débat à bâtons rompus entre des spécialistes de la santé, experts de la sécurité alimentaire et nutritionnelle, des universitaires, la société civile, le secteur privé, les organisations non-gouvernementales et gouvernementales, les associations de consommateurs, les agences du système des Nations Unies (PAM, UNICEF, FIDA, FAO, OMS…). « Le SECNSA est une entité de veille et d’alerte, je crois qu’il faut le marteler et le comprendre. Nous avons en charge la coordination et le suivi de tous les projets et programmes de sécurité alimentaire et de nutrition au Sénégal. Nous avons aujourd’hui, 217 projets que nous sommes censés suivre et coordonnés sur l’ensemble du territoire national, autant vous dire que, c’est une tâche titanesque, presque impossible. A l’issu, de ce travail de suivi, de coordination…Nous faisons disons, en plus de cela, nous faisons aussi chaque année deux enquêtes qui nous permettent d’avoir le bout de la situation alimentaire des ménages parce que nous avons deux rendez-vous au mois de Mars de chaque année et un second rendez-vous à la fin de l’année au mois de Novembre, c’est qu’on appelle le cadre harmonisé, qui est un outil partagé par 17 pays, les 15 de la CEDEAO, plus la Mauritanie et le Tchad. Le cadre harmonisé est un outil partagé qui nous permet avec les données recueillies sur le terrain de procéder à des analyses profondes, c’est ce qui nous permet de dresser les cartes de la situation alimentaire du Sénégal, mais également d’identifier les populations à risques. Une fois que, c’est fait, nous mettons en place ce que nous appelons le plan de réponse. Et les plans de réponses sont déclinés en actions et ces actions sont menées sur le terrain avec la participation de tous ceux qui, aujourd’hui, accompagnent le Sénégal dans la lutte contre l’insécurité alimentaire. Ici, c’est simplement une carte qui montre dans chaque région le nombre de projets que nous avons », a clarifié d’entrée, face à la presse agricole sénégalaise, africaine et internationale, Monsieur Jean Pierre Senghor (JPS : Ndlr), Secrétaire Exécutif du SECNSA. « En Mars 2021, nous avions identifié 37 000 ménages en insécurité alimentaire parce que les cartes, l’entrée territoriale des cartes, c’est le département, l’entité d’analyse de base, c’est le ménage, voilà les deux éléments sur lesquels nous travaillons et lorsqu’on fait la situation en période courante, nous nous projetons à la période de soudure, c’est-à-dire, nous y en sommes en soudure, Juin-Juillet-Août. Donc de 37 000 ménages au mois de Mars 2021, nous avons projeté 61 000 ménages, près de 500 000 personnes, qui seraient en situation de crise, Juin-Juillet-Août. Alors, les cartes dont je viens de parler ont cette configuration-là. Vous avez ici deux couleurs, parce que vous avez dans la légende l’échelle de la sécurité alimentaire, ça va de 1 à 5, 1 étant la situation minimale et c’est ce qui est en vert. Quand c’est jaune, c’est la phase 2, c’est la pression et ici on a aucun département en crise, mais ce n’est pas, parce qu’on a pas aucun département en crise, qu’il n’y a pas de populations en crise à l’intérieur des départements, voilà, mais au mois de Mars aucun département n’était en crise, lorsqu’on s’est projeté en Juin-Juillet-Août, vous voyez, il y’a une nouvelle couleur qui apparaît orange. Ces deux départements qui sont annoncés en crise notamment le département de SALEMATA et le département de RANEROU,

Ouvrir la photo

Previous Story

Gros scandale à JAXAAY ! regardez

Next Story

CÔTE D’IVOIRE / Guillaume Soro condamné à la prison à perpétuité

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.