21.1 C
Dakar
mercredi, janvier 19, 2022
spot_img

Refus d’enterrer une griotte à Pout Dagne : Les dessous d’une pratique sérère

Certaines communautés au Sénégal tiennent à certaines pratiques païennes qu’elles font perpétuer depuis des lustres malgré l’adoption par la majorité des trois religions révélées : l’islam, le christianisme et le judaïsme. L’une des croyances qui persiste est la séparation des cimetières entre les griots et les nobles. C’est ainsi que les habitants de Pout Dagne, à Notto Diobass, dans la région de Thiès ont refusé l’enterrement d’une dame, appartenant à la caste griotte, dans leur “cimetière”.

La dame a finalement été inhumée dans son village natal, à Kissane, suite à la médiation d’un chef religieux, résidant à Thiès, qui a des disciples dans la localité, rapporte Source A. Une solution provisoire en attendant d’en trouver une, durable.

Selon le quotidien “Bes Bi Le Jour”, les griots ont toujours été enterré à Pout Dagne dans leur propre cimetière, à moins de deux kilomètres des habitations sans tambour ni trompette. C’est le secte des “Yalla-Yalla”, composée en majorité des griots de Pout-Dagne qui veut semer la discorde.

Les religieux interpellés sur cette affaire qui défraie la chronique déplore un tel acte. Ces considérations ne figurent nullement dans les livres saints, selon eux.

Pourtant, cette pratique n’est pas exclusive à Pout Dagne. D’autres villages sérères observent la même tradition. Il y avait d’ailleurs des communautés sérères qui enterraient les griots morts dans les baobabs car, d’après eux, un griot enseveli dans la terre, crée une sécheresse.

Articles associés

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Restez informés

0FansJ'aime
3,119SuiveursSuivre
19,100AbonnésS'abonner
spot_img

Articles récents

Postafrique

GRATUIT
VOIR