Browse Category

Niger

//

ATTAQUES MEURTRIÈRES AU NIGER / La liste des civils tués s’allonge

Samedi dernier, des hommes armés non identifiés ont mené plusieurs attaques dans la région nigérienne de Tahoua, dans le nord-ouest du pays, près de la frontière malienne. Selon un bilan provisoire, au moins 60 civils auraient été tués dans ces attaques. Le secrétaire général des Nations Unies, António Guterres, a fermement condamné ces « attaques méprisables », a déclaré son porte-parole adjoint Fahran Haq, lors d’un point de presse ce lundi. Le Niger, comme ses voisins sahéliens du Burkina Faso et du Mali, est confronté à une insécurité croissante et transfrontalière. Les attaques perpétrées ce week-end surviennent moins d’une semaine après une autre attaque commise par des hommes armés non identifié dans la région de Tillaberi, dans l’ouest du Niger, qui a fait 63 morts. M. Guterres a présenté ses plus sincères condoléances aux familles endeuillées par ces attaques et souhaité un prompt rétablissement aux blessés. « Le secrétaire général réaffirme l’engagement des Nations Unies à maintenir son soutien au Niger dans ses efforts pour lutter contre et prévenir le terrorisme et promouvoir la cohésion sociale », a souligné son porte-parole adjoint.

Source : Libéonline

//

NIGER / L’Unicef condamne le meurtre de 58 civils dont six enfants

Le Fonds des Nations Unies pour l’enfance (Unicef) a condamné fermement ce mercredi l’assassinat d’au moins 58 civils, dont six enfants, survenu lundi, dans la région de Tillabery, à l’Ouest du Niger.« L’Unicef condamne avec la plus grande fermeté les meurtres horribles de civils perpétrés par des groupes armés non identifiés dans les villages de Darey-dey et Sinégogar, région de Tillabery, dans l’ouest du Niger, qui auraient tué au moins 58 personnes – dont six enfants âgés de 11 à 17 ans », a déclaré Marie-Pierre Poirier, directrice régionale de l’Unicef, dans un communiqué. « Nous sommes profondément attristés et indignés que des civils, dont des enfants, figurent parmi les victimes », a-t-elle ajouté.Le Fonds rappelle que début janvier, dans la même région, des groupes armés ont mené des attaques coordonnées dans les villages de Tchamo-Bangou et Zaroumdareye, tuant au moins 100 personnes – dont 17 enfants de moins de 16 ans.La recrudescence de la violence armée dans la région du Sahel central a un impact dévastateur sur la survie, l’éducation, la protection et le développement des enfants. L’insécurité croissante le long des frontières avec le Burkina Faso et le Mali a exacerbé les besoins dans la région de Tillabery où plus de 95.000 personnes sont déplacées. Au cours des derniers mois, l’accès des acteurs humanitaires aux populations touchées par le conflit a été entravé. Il est de plus en plus difficile d’atteindre les personnes dans le besoin, déplore l’Unicef.La violence perturbe les moyens de subsistance et l’accès aux services sociaux, notamment l’éducation et les soins de santé. L’insécurité aggrave les vulnérabilités chroniques. Les femmes et les enfants subissent le plus gros de la violence, a regretté Marie-Pierre Poirier.Le Niger reste confronté à une combinaison de crises humanitaires à déclenchement rapide et prolongé qui ont été exacerbées par les impacts de la Covid-19. Environ 3,8 millions de personnes, dont 2 millions d’enfants, ont besoin d’une aide humanitaire à travers le pays, fait valoir le Fonds.

Source : Libéonline

/

Un second tour émaillé de morts au Niger

Au Niger, 7 membres locaux de la Commission électorale nationale indépendante ont péri dimanche 21 février dans l’explosion de leur véhicule. Selon l’annonce du gouverneur de Tillabéri, leur voiture a roulé sur une mine dans cette région de l’ouest du Niger, proche du Mali. Un incident qui intervient le jour du second tour de la présidentielle.

/

Plusieurs personnes tuées à Tillabéri au Niger

Alors que le pays est dans l’attente d’un second tour de l’élection présidentielle, plusieurs personnes ont été tuées, samedi, le jour-même de la proclamation des résultas de la Présidentielle, par des hommes armés à Tchomo-Bangou, un village de la région de Tillabéri, dans l’ouest du Niger.

Selon un responsable local cité par Voa Afrique, l’attaque a eu lieu vers midi (11H00 GMT) et il y a eu des morts. Il n’a toutefois pas donner de bilan précis, ni de précision sur les circonstances de l’attaque.

/

Un 2nd tour suite aux premiers résultats de la Présidentielle nigérienne

D’après les résultats annoncés ce samedi 2 janvier, Mohamed Bazoum, candidat du PNDS, parti au pouvoir, est arrivé en tête du premier tour du scrutin présidentiel du 27 décembre 2020, avec 39,33% des suffrages. 

L’ancien ministre de l’Intérieur du Niger va donc affronter en deuxième tour, le 20 février 2021, son principal adversaire l’opposant Mahamane Ousmane arrivé en seconde position avec 17% des voix.