27.1 C
Dakar
mercredi, mai 18, 2022
spot_img

MOUVEMENT D’HUMEUR: Le Collectif des travailleurs de la santé et de l’action sociale renoue avec la grève

Note d’information

Mesdames, Messieurs, le Collectif des travailleurs de la santé et de l’action sociale (Ctsas) vient de mener une grève générale de 24 heures sur l’ensemble du territoire national. La mobilisation sans précédent de tous les segments du secteur de la santé, de l’étudiant au professeur de médecine montre à suffisance le sentiment d’injustice et de désœuvrement des agents de santé.Nonobstant les conditions laborieuses d’exercice dans nos hôpitaux qui ont pour maux le déficit en ressources humaines de qualité, un plateau technique quasi-inexistant ainsi qu’un traitement misérable des travailleurs, le personnel de santé fait preuve d’une abnégation sans faille pour assurer une continuité des soins.Nous avons voulu tirer la sonnette d’alarme sur ces conditions désastreuses de travailcontraire à la dispensation des soins de qualité, contre le manque de considération des professionnels de santé et enfin pour une justice équitable pour le personnel de la maternité de l’Hôpital ASM de Louga par cette mobilisation exceptionnelle.

Force est de constater que l’Etat du Sénégal n’a pas suffisamment pris en compte les exigences des acteurs de santé et des populations pour une meilleure prise en charge de la santé, qui est du ressort régalien de l’état comme stipulé dans la constitution en son Article 17 : « l’état et les collectivités publiques ont le devoir de veiller à la santé physique et morale de la famille….l’état garantit aux familles en général et à celles vivant en milieu rural en particulier l’accès aux services de santé et au bien-être ».Cependant aucune mesure correctrice permettant d’améliorer le système de santé n’a été prise conformément à l’esprit d’un audit de décès maternel, l’enquête sur le décès de Mme ASTOU SOKHNA se suffit de vagues conclusions d’un audit dévoyé de son objectif en lieu et place du travail d’investigation devant commencer par établir la cause exacte de la mort par l’autopsie. Cette démarche hâtive en l’absence de données scientifiques factuelles pour étayer ce dossier ne présage en rien d’un procès sincère permettant la manifestation de la vérité.

Nous vous informons également que les propos « jugés discourtois par la famille de la patiente » qui sont à l’origine de toute cette cabale n’ont jamais été tenus par la sage femme de garde ! Ni aucun personnel qualifié !Les réponses aux questions ci-dessous sont suffisamment éloquentes pour montrer la légèreté des accusations.Comment peut-on expliquer qu’une femme négligée ait pu bénéficier de l’examen de la gynécologue et des deux sages-femmes de garde et que toutes les prescriptionsont été respectées ?Comment expliquer qu’une personne négligée ait bénéficié d’un traitement par perfusion ?Depuis quand cela revient-il aux familles de poser le diagnostic de césarienned’urgence ?Pourquoi le parquet feint d’ignorer que c’est la structure qui doit être poursuivie en cas d’erreurs médicales avérées et non les agents ?

Toutes ces insuffisances nous montrent qu’il y’a une volonté manifeste de faire des sages-femmes de Louga, un exemple en mettant arbitrairement en prison ces femmes malgré leur droit à la présomption d’innocence, elles qui ont choisi d’assister courageusement des femmes enceintes souvent au détriment de leur vie.Le parquet devrait faire preuve d’humanisme en les laissant chez elles jusqu’à la date du procès.Le collectif dénonce avec véhémence ce traitement partiel et partial pour satisfaire une clameur populaire à visée purement politicienne. C’est pourquoi le collectif a décidé de décréter un mot d’ordre de grève de 48 heures à compter du mardi 26 avril 2022 avec respect du service minimum et des urgences.

Le mercredi 27 avril 2022 nous vous donnons rendez-vous à Louga pour la « mobilisation blanche », tous les agents de santé seront en blouse blanche ou rose, les familles et sympathisants en tenue blanche.Le collectif appelle enfin l’Etat du Sénégal à engager des réformes profondes de notre système de santé au grand intérêt de nos populations afin de sauver notre hôpital public. L’évolution de la lutte dépendra de la rigueur et de la responsabilité de l’Etat dans le traitement de ce dossier.

Ont signé : Les secrétaires généraux des syndicats et présidents d’associations”.

Articles associés

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Restez informés

0FansJ'aime
3,311SuiveursSuivre
19,600AbonnésS'abonner
spot_img

Articles récents

Postafrique

GRATUIT
VOIR