25.5 C
Dakar
dimanche, octobre 2, 2022
spot_img

« Mon père a abusé de moi sans remords, je veux que justice soit faite »: N.M. Badji, victime présumée de viol

Résidant en France et consultant en ingénierie de projet, I. Badji, a été placé en détention préventive hier, mercredi, pour viol sur mineur commis par ascendant. Il a été cueilli jeudi dernier par les éléments de brigade de recherches de Guédiawaye dans sa résidence à Touba Dialaw, là où il aurait abusé à quatre reprises de sa fille, N. M. Badji, élève en classe de Terminale. Ayant porté plainte le 21 septembre 2021 contre son père, qui a divorcé avec sa mère et s’est remarié, celle-ci déclare avoir été abusée par lui à quatre reprises. Le quotidien Libérarion est revenu sur les dépositions des deux parties.

N. M. Badji (victime présumée) : «Mon père se jetait sur moi pendant que ma sœur dormait à côté»

«Je suis élève en classe de Terminale S2. Je vis à Guédiawaye chez ma mère. Mon père, qui vit en France, passe ses vacances au Sénégal. Ces deux dernières vacances, nous passions les vacances à Toubab Dialaw, dans sa résidence. Nous étions tous là-bas, mes frères et sœurs, son épouse et moi-même. Mon père venait dans notre chambre, à l’aube, vers six heures du matin. Il se jetait sur moi pendant que ma sœur dormait à côté. Il l’a fait à quatre reprises. Chaque fois, j’essayais de la repousser, mais il est plus fort que moi. Quelques fois, j’étouffais et je restais sans réaction pour me débarrasser de lui au plus vite. À quatre reprises, durant les vacances passées, mon père m’a violée.»

N. M. Badji : «La première fois, c’était le jour de son anniversaire»

«Il est passé à l’acte pour la première fois le jour de son anniversaire, le 9 septembre 2021. J’étais dans la chambre quand ma petite sœur m’a demandé d’aller répondre à mon père. Avant cela, il m’avait envoyé un message pour me demander d’aller le rejoindre dans sa chambre. Quand j’y suis allée, il a commencé par me raconter sa déception dans les affaires. Il m’a dit qu’une Sénégalaise lui devait de l’argent dans le cadre d’un projet de poulailler. Tout d’un coup, il s’est levé pour fermer la porte à clé. Je lui ai demandé ce qui se passait, mais il a gardé le silence. Il a commencé à me toucher avant de me déshabiller. Il m’a jetée sur le lit et il est passé à l’acte. Dès qu’il a fini, il est resté allongé sur son lit. Je me suis levée en pleurs. J’ai mis mes habits et je suis descendue. Le lendemain, je suis rentrée à Guédiawaye. J’étais traumatisée en pensant au fait que c’est mon propre père qui me faisait ça. Je n’arrivais plus à me concentrer sur mes études. C’est à ce moment-là que j’ai informé mon encadreur (de cours de vacances, Ndlr), qui a parlé à ma grand-mère.»

I. Badji (père de la victime présumée) : «Ma fille est sous influence»

«Il est passé à l’acte pour la première fois le jour de son anniversaire, le 9 septembre 2021. J’étais dans la chambre quand ma petite sœur m’a demandé d’aller répondre à mon père. Avant cela, il m’avait envoyé un message pour me demander d’aller le rejoindre dans sa chambre. Quand j’y suis allée, il a commencé par me raconter sa déception dans les affaires. Il m’a dit qu’une Sénégalaise lui devait de l’argent dans le cadre d’un projet de poulailler. Tout d’un coup, il s’est levé pour fermer la porte à clé. Je lui ai demandé ce qui se passait, mais il a gardé le silence. Il a commencé à me toucher avant de me déshabiller. Il m’a jetée sur le lit et il est passé à l’acte. Dès qu’il a fini, il est resté allongé sur son lit. Je me suis levée en pleurs. J’ai mis mes habits et je suis descendue. Le lendemain, je suis rentrée à Guédiawaye. J’étais traumatisée en pensant au fait que c’est mon propre père qui me faisait ça. Je n’arrivais plus à me concentrer sur mes études. C’est à ce moment-là que j’ai informé mon encadreur (de cours de vacances, Ndlr), qui a parlé à ma grand-mère.»

I. Badji (père de la victime présumée) : «Ma fille est sous influence»

«Je n’ai pas violé ma fille et je n’ai jamais tenté de la violer. Je pense qu’elle est sous influence. C’est un film qui est en train de se jouer.»

N. M. Badji : «Mon père m’a demandé pardon»

«Quand mon père est retourné en France, il est resté plusieurs mois sans avoir de mes nouvelles. Il en a parlé à sa sœur. Je lui reparlé grâce à ma tante, en lui précisant que je ne lui pardonnerai jamais ce qu’il m’a fait. Il m’a demandé pardon avant de me dire qu’il était sur le point de se suicider. Il ne peut pas nier cela parce que j’avais pris le soin d’enregistrer nos conversations. Je ne suis pas manipulée. Toutes les difficultés que je rencontre en ce moment c’est à cause de lui. Il a détruit ma vie.»

I. Badji : «J’étais sur le point de me suicider…»

Lorsqu’on lui a fait écouter les enregistrements des conversations avec sa fille, au cours de la confrontation avec cette dernière, il avoue partiellement)

«Je confirme ma fille en partie concernant nos communications. Je lui ai dit que j’étais sur le point de me suicider parce que je regrettais de l’avoir laissée pendant tout ce temps chez sa grand-mère.»

I. Badji : «Mon ex-belle-mère est une manipulatrice»    

(Quand les enquêteurs lui font remarquer qu’il déclare avoir reçu sa fille dans le salon alors que dans une précédente déclaration, il affirmait l’avoir reçue dans le patio de la résidence)

«Je rectifie cela, c’est bien un salon. Je peux vous faire un dessin. La grand-mère de ma fille est une manipulatrice, c’est elle qui est derrière tout cela.»

S. Ndione (beau-père de la victime présumée) : «Il a essayé de nous convaincre, ma femme et moi, de dîner avec lui»
«Au moment des faits, sa maman était très malade et elle ne pouvait pas faire de déposition. C’est la raison pour laquelle elle avait donné la procuration à sa mère pour la représenter et assister sa fille. Quand il (le mis en cause) devait revenir au Sénégal, il a essayé de nous convaincre, ma femme et moi, de dîner avec lui en compagnie de son épouse, une fois au pays. Ma femme m’en a parlé et j’ai refusé. Il m’a alors contacté directement et m’a dit : ‘Je sais que quand je serai de retour au pays, il y aura des répercussions sur moi’. Et pour éviter des problèmes, il souhaitait avoir une discussion avec nous pour obtenir des garanties.»

Post Afrique avec Seneweb

Articles associés

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Restez informés

0FansJ'aime
3,506SuiveursSuivre
20,100AbonnésS'abonner
spot_img

Articles récents

Postafrique

GRATUIT
VOIR