26.1 C
Dakar
samedi, juillet 2, 2022
spot_img

MAMADOU FALL KANE, SECRÉTAIRE ADJOINT COS-PETROGAZ«En ce moment, l’Europe frappe vraiment à notre porte…

La demande monte en flèche»Alors que l’Union européenne (UE) abandonne l’énergie russe, les pays d’Afrique de l’Ouest espèrent combler le vide. Le Sénégal en premier, selon le secrétaire permanent adjoint du Comité d’orientation stratégie du pétrole et du gaz (COS-Petrogaz), Mamadou Fall Kane, qui s’est entretenu avec le Washington Post.Le Sénégal se présente comme un remplaçant de la Russie, qui couvrait 39% des besoins en gaz naturel de l’Europe avant que l’invasion de l’Ukraine ne bouleverse la carte énergétique mondiale et ne déclenche une crise énergétique. «En ce moment, l’Europe frappe vraiment à notre porte», a déclaré le secrétaire permanent adjoint du Comité d’orientation stratégie du pétrole et du gaz (COS-Petrogaz), Mamadou Fall Kane.Puissance économique du bloc, l’Allemagne se précipite pour construire des terminaux d’importation pour les expéditions de gaz en provenance des États-Unis et d’Afrique de l’Ouest.

Un projet de plan de l’Union européenne pour remplacer le gaz russe, examiné par Bloomberg News, a mis en évidence le Sénégal, le Nigeria et l’Angola comme des partenaires potentiels pour combler les lacunes croissantes.Il y a quelques mois seulement, les dirigeants mondiaux se sont engagés à cesser de financer de nouveaux projets de combustibles fossiles dans le monde entier dans une démarche «historique» contre le changement climatique. Maintenant, certains de ces dirigeants, désespérés d’énergie alors que les flux russes diminuent, se tournent vers les pays africains avec des réserves en plein essor de pétrole et de gaz naturel. «Vous voyez l’hypocrisie», fait remarquer Fall Kane, qui souligne que «la guerre a tout changé».La Banque européenne d’investissement avait prévu de couper le financement des projets gaziers en Afrique d’ici fin 2021, scandalisant les nations aux industries naissantes. Moins de la moitié des habitants de la région subsaharienne ont accès à l’électricité, et les coûts de l’électricité sur le continent sont parmi les plus élevés au monde.«Mettre fin au financement du gaz affectera profondément et contrecarrera nos efforts de développement social», avait plaidé le président du Sénégal et président de l’Union africaine, Macky Sall, à propos du pacte de Glasgow.

Le continent pourrait atteindre un pic de production de gaz à 470 milliards de mètres cubes avant 2040, soit environ les trois quarts de la quantité attendue produite cette année par la Russie, selon les recherches de Rystad Energy. Problème pour l’Afrique de l’Ouest : il y a eu 5 coups d’Etat depuis 2020. Mamadou Fall Kane oriente les investisseurs vers le Sénégal pour gérer le risque à plus long terme. «Le Sénégal n’est jamais entré en guerre avec qui que ce soit», a-t-il déclaré. «Le Sénégal n’a jamais eu de coup d’État.»Le Sénégal investit également dans l’énergie solaire et les parcs éoliens : près d’un tiers de son mix énergétique est renouvelable. Au fur et à mesure que la technologie de détection des ressources évoluait, le pays de 18 millions d’habitants a fait une série de découvertes majeures de 2015 à 2017. Des bateaux qui fonctionnent comme des ultrasons flottants ont trouvé des gisements de gaz au nord de la capitale balnéaire, Dakar, et près de la frontière avec la Mauritanie.

Les responsables les ont nommés d’après les mots français et wolof pour «espoir», «hospitalité» et «tortue» (en raison de sa forme sur l’imagerie sismique).Le gouvernement sénégalais s’est associé à BP et à une société américaine, Kosmos Energy, pour développer des gisements qui, selon les entreprises, pourraient être exploités pendant les trois prochaines décennies. La production devrait commencer l’année prochaine.Le premier tour de gaz pour les clients étrangers ira principalement aux pays d’Asie du Sud-Est, ont déclaré des responsables – ces accords ont été conclus en 2018 – mais les prochains lots sont à gagner. «La demande monte en flèche», a dit Kane. Le Sénégal vise à utiliser cet effet de levier pour signer des contrats plus importants avec des nations européennes.«Choisir le Sénégal plutôt que, disons, des économies plus avancées comme le Qatar pourrait susciter plus de bien social. (…) Imaginez combien d’hôpitaux nous pourrions construire. Combien d’écoles. Combien de routes», a ajouté Kane.

Avec Voxpop

Articles associés

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Restez informés

0FansJ'aime
3,373SuiveursSuivre
19,800AbonnésS'abonner
spot_img

Articles récents

Postafrique

GRATUIT
VOIR