///

Le président de l’Asred tire sur l’ONLPL

2 mins read

Restons avec le président de l’Asred qui tire à boulets rouges sur le l’Observateur National des Lieux de Privation de Liberté (Onlpl), qui, à ses yeux, a raté sa vocation. D’ailleurs, Ibrahima Sall demande au Président de la République de confier l’Onlpl aux organisations de défense des droits humains indépendants du pays (Amnistie,Raddho, Asred…). Ainsi, dit-il, ces organisations pourront travailler dans les centres de détention conformément au traité de Rome sur la torture et son protocole additif. Le paradoxe, dit-il, c’est que l’Onlpl, qui devait être l’interlocuteur direct de l’Administration pénitentiaire pour aller renseigner au chef de l’Etat la situation dans les prisons, ne joue pas son rôle. A l’en croire, l’Onlpl reste dans son mutisme parce qu’il dépend du ministère de la Justice. Il pense que cet organe doit être détaché du ministère et être rattaché à la Primature afin qu’il puisse exercer librement et pleinement ses prérogatives sans contrainte aucune. Tant que cette indépendance de l’Onlpl n’est pas réglée, dit-il, le problème du contrôle des lieux de détention ne sera qu’utopique. Ibrahima Sall dénonce le silence complice de l’Onlpl sur l’affaire Abdou Faye. Il regrette l’attitude de l’Onlpl qui ne dénonce jamais les actes barbares que subissent les détenus dans les lieux de privation de liberté.

Source : Las

Previous Story

Colère des étudiants de l’Ussein de Kaolack

Next Story

J-2 avant le retour de Laurent Gbagbo en Côte d’Ivoire: avis divergents chez les victimes

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.