///

«JE SUIS EN VIE MAIS J’AI L’IMPRESSION D’ETRE MORTE »

2 mins read

Le témoignage déchirant d’une migrante qui a perdu ses trois enfants dans un naufrageObock, Djibouti, Oim- « J’ai tout perdu », confie Misrah, qui tente de raconter le plus traumatisant des événements – être témoin de la mort de ses trois enfants. Cette Ethiopienne de 27 ans, son mari et leurs enfants, Aziza, cinq ans, Rachar, trois ans, et Ikram, deux ans, ainsi qu’au moins 55 autres migrants et réfugiés se trouvaient à bord d’un bateau contrôlé par des passeurs traversant le golfe d’Aden depuis le Yémen vers la Corne de l’Afrique via Djibouti, le 12 avril.Surchargée et voyageant en pleine nuit, l’embarcation a chaviré sous le poids de ses passagers. Seize enfants, dont ceux de Misrah, et au moins 44 migrants et réfugiés se sont noyés, piégés sous le navire. Elle et son mari Abdul Basit font partie des 14 survivants. S’exprimant par l’intermédiaire d’un interprète, Misrah trouve la force et le courage de décrire les moments qui ont précédé la tragédie. « Alors que nous approchions de la côte djiboutienne, le bateau a commencé à se disloquer », se souvient-elle. « Mes enfants dormaient lorsque le bateau s’est retourné. Je tenais Ikram dans mes bras. Je savais que je pouvais nager. C’est comme ça que j’ai survécu. Malheureusement, ce ne fut pas le cas pour mes enfants. Ils étaient trop jeunes ; la mer était trop agitée ».

Source : Libéonline

Previous Story

ABlaye Dione après les affrontements à Ndingler

Next Story

La Dgid à l’ère des contrats et d’objectifs de performance

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.