/

Examen du nouveau code electoral : Macky requisitionne l’Assemblée

4 mins read
Soixante-douze heures à peine après son adoption en Conseil des ministres extraordinaire, le projet de loi portant Code électoral passe en plénière à l’Assemblée nationale. Par une autre procédure extraordinaire. C’est en effet demain, jeudi 08 juillet, que la représentation parlementaire est convoquée d’urgence pour examiner le nouveau dispositif électoral mitonné avec les recommandations du dialogue politique
 
Le gouvernement du Sénégal et plus particulièrement le chef de l’Etat Macky Sall n’entendent pas perdre du temps dans la validation expresse du nouveau Code électoral. Pour cause, l’Assemblée nationale est convoquée en session extraordinaire dès demain, jeudi, dans l’après-midi, pour examiner le projet de loi portant Code électoral. Un projet qui sera présenté aux députés par le ministre de l’Intérieur Monsieur Antoine Félix Abdoulaye Diome, également chargé d’en exposer les motifs et d’en soutenir les discussions.

Moins de trois jours ainsi après l’adoption dudit projet en Conseil des ministres, le lundi 05 juillet, l’Etat passe à la vitesse supérieure pour requérir sa validation parlementaire. Via la procédure extraordinaire qui enjambe la Commission des Lois et qui est close dès l’épuisement de l’ordre du jour », comme le relève un décret ad hoc du président de la République daté du 5 juillet 2021. Dans la dynamique, le projet de loi portant Code électoral a été déposé sur la table du président de l’Assemblée nationale qui a été invité à convoquer la représentation parlementaire pour son examen et validation. Le projet de loi en question intègre, dans le Code électoral, les points consensuels du dialogue politique à l’instar de l’élection du maire et du président de Conseil départemental au suffrage universel direct.

Dans le décret en question, il est par ailleurs mentionné que c’est le ministre de l’Intérieur, Antoine Félix Abdoulaye Diome, qui fera face aux députés pour défendre le projet. « Le projet de loi portant Code électoral dont le texte est annexé au présent décret, sera présenté à l’Assemblée nationale parle ministre de l’Intérieur qui sera également chargé d’en exposer les motifs et d’en soutenir les discussions », lit-on dans l’article 3 du décret. Cette procédure extraordinaire d’examen du projet de loi portant Code électoral est donc bien partie pour permettre au chef de l’Etat, si la loi est validée par la majorité mécanique du pouvoir en place ou même les députés de l’opposition s’ils s’y retrouvent, de se garantir des foudres du protocole additionnel de la Cedeao qui interdit tout changement de la loi électorale à moins de six mois d’une élection, à moins qu’il n’y ait consensus des acteurs politiques.

Pour rappel, les élections municipales et départementales sont prévues le 23 janvier 2022, au Sénégal, après quatre reports successifs alors qu’elles étaient initialement programmées pour le 1er décembre 2019.
Previous Story

Un élève tué par la foudre à Keur Oumar Oumi

Next Story

UFR DE SCIENCES APPLIQUÉES ET DE TECHNOLOGIES DE L’UGB / La Cour suprême épingle les tripatouillages du directeur

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.