De la production du premier lingot d’or du Sénégal à nos jours

5 mins read

Au Sénégal, l’exploitation de l’or à l’échelle industrielle a commencé dans la région de Kédougou. La production du premier lingot de la mine d’or de Sabodala en 2009 a été l’épilogue d’un long processus qui a commencé il y a presque 50 ans. Exploitée pendant une courte période (1997-1998) à petite échelle, la mine peut apporter maintenant une contribution réelle à l’économie sénégalaise. Aujourd’hui détenue par Terangagold, les ressources exploitables de la mine de Sabodala avec ses satellites (Niakafiri+Gora) sont estimées à 0,67Moz d’or.

Au terme d’une convention minière globale conclue en 2015 par le gouvernement sénégalais, une concession minière a été accordée au projet aurifère de la Somigol (Société des mines de Golouma) détenue également par Terangagold.La concession anciennement propriété de Oromin (OJVG) s’étend sur un périmètre d’environ 212,6 km2 expire en 2025 (sous réserve de renouvellement). Elle couvre les gisements de Masato, Golouma Ouest, Golouma Sud, Kerekounda, Kourouloulou, Niakafiri Sud-Est, Niakafiri Sud-Ouest et Maki. Le site présente des réserves exploitables estimées à plus de 38t.
Adjacents à ces deux projets susmentionnés, vingt cinq (25) permis de recherche d’or sont occupés par huit entreprises étrangères et neuf entreprises nationales. Au Sud du gisement de Sabodala, une autre grande société minière internationale (Randgold Resources) a découvert un important potentiel aurifère de 3Moz dans la zone de Massawa. Randgold a cédé ses actifs à Barrick Gold lors de sa fusion avec cette dernière en 2018.

Barrick concluera en Mars 2020 une transaction par lequel Barrick et son partenaire CSST AO recevront un paiement initial d’une valeur de $380millions au moment de l’annonce, composé de 20,718,273 actions communes de Teranga (avec une valeur au moment de l’annonce d’environ $80 millions en fonction du prix de l’action de Teranga à ce moment-là de $3.85 par action), un paiement en espèces d’environ $300 millions et un paiement conditionnel pouvant atteindre $50 millions, basé sur le prix moyen de l’or sur une période de trois ans immédiatement après la clôture (« prix moyen de l’or sur trois ans »).

Le paiement conditionnel, qui est payable trois ans après la clôture, est de $25 millions si le prix moyen de l’or sur trois ans est supérieur à $1,450 et moins de $1,500 par once; de $35 millions si le prix moyen de l’or sur trois ans est supérieur à $1,500 et moins de $1,600 par once.

Le Projet de Mako, le projet phare de Toro Gold qui a conduit une Etude de Faisabilité Définitive achevée en 2015 indiquant une ressource d’1.4 million d’onces avec une réserve d’1 million d’onces à une teneur moyenne de 2.25g/t. Une Etude d’Impact Environnemental et Social pour le Projet de Mako a aussi été complétée en 2015. Un décret signé le 14 Juillet 2016 a attribué une Concession minière pour une période de 15 ans au Projet.

Plus à l’Est, le long de la frontière avec le Mali, la société AGEM IAMGOLD a annoncé des résultats intéressants pour son Projet de Boto. En effet, le projet recèle une ressource indiquée de 27,7 millions de tonnes d’une teneur moyenne de 1,8 gramme d’or par tonne, soit 1,56 million d’onces, et une ressource présumée de 2,9 millions de tonnes d’une teneur moyenne de 1,3 gramme d’or par tonne, soit 125 000 onces.

Les activités des miniers artisanaux sont aussi en hausse dans la région de Kédougou à la suite des opérations à grande échelle. L’ampleur réelle des activités artisanales n’est pas connue mais des efforts considérables sont entrain d’être faits par l’Etat du Sénégal pour une maitrise de ce segment qui peut fortement contribuer à la lutte contre la pauvreté.

Source: itie.sn

Previous Story

46 Pygmées tués en République démocratique du Congo

Next Story

Le présumé meurtrier de «Mouhamed Américain» enfin arrêté

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.