26.5 C
Dakar
dimanche, septembre 25, 2022
spot_img

Confinement en Chine: Une femme forcée à vivre dans une cabine téléphonique pendant un mois !

Ce triste exemple illustre le sort des travailleurs immigrés en Chine face à la politique «zéro Covid» du gouvernement. Les autorités ont forcé toutes les personnes sur le territoire chinois à se plier à un confinement extrême. Une femme sans abris, forcée a vivre pendant plus de quatre semaines dans une cabine téléphonique à interpellé plus d’un.

Depuis près d’un mois, le monde entier reste bouche bée devant le verrouillage de nombreuses villes en Chine, comme la métropole de Shanghai dont les 26 millions d’habitants sont confinés. Soumise à ces mesures draconiennes, une bonne partie de la population chinoise est aujourd’hui à bout, à en croire le site d’information slate.fr.

Cette colère a d’ailleurs été exacerbée par quelques incidents, comme la récente histoire d’un homme déclaré mort puis sorti vivant de son sac mortuaire. Cette fois-ci, c’est le sort d’une femme sans-abri, forcée de vivre dans une cabine téléphonique pendant près d’un mois, qui a créé un véritable tollé sur les réseaux sociaux, rapporte Vice.

Selon le média américain, la femme en question est une travailleuse immigrée d’une cinquantaine d’années. Après l’annonce d’un confinement strict à Shanghai, elle aurait pris la décision de s’installer avec son chien dans cet espace exigu. Sortant occasionnellement pour promener son animal de compagnie ou pour aérer sa couverture, elle a vécu dans des conditions déplorables, mises en lumière après qu’un habitant de l’immeuble d’en face a partagé une série de photos documentant son calvaire sur les réseaux sociaux chinois.

D’après les informations de Vice, des policiers seraient venus déloger la quinquagénaire de son refuge en pleine nuit la semaine dernière, «jetant par la même occasion ses affaires sur le trottoir et scellant la cabine avec du ruban adhésif». D’après le média d’État China Youth Daily, les autorités lui auraient proposé un logement, proposition que la femme aurait déclinée.
Politique «zéro protection sociale».

Comme le souligne le média américain, cette quinquagénaire fait partie des nombreux travailleurs immigrés qui résident en Chine. Ayant pour la plupart perdu leur emploi à l’annonce du confinement, bon nombre de ces derniers ont été forcés de trouver des abris de fortune, faute de pouvoir payer un loyer, relate slate.fr qui reprend Vice.

Ces travailleurs, qui représentent tout de même un tiers de la main-d’œuvre chinoise, doivent faire face à un manque de protection sociale et à une sécurité de l’emploi quasi inexistante, commente Vice. La nouvelle vague de Covid-19 en Chine les a donc affectés plus durement que le reste de la population et des millions d’entre eux se sont retrouvés sans salaire.

«De nombreux travailleurs immigrés vivent au jour le jour et comptent sur leurs employeurs pour leur fournir un abri et de la nourriture», explique Pun Ngai, professeur à l’Université Lingnan de Hong Kong. «Avec la plupart des usines et des magasins fermés, ils sont livrés à eux-mêmes.»

Articles associés

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Restez informés

0FansJ'aime
3,498SuiveursSuivre
20,100AbonnésS'abonner
spot_img

Articles récents

Postafrique

GRATUIT
VOIR