25.5 C
Dakar
dimanche, octobre 2, 2022
spot_img

Cité Mixta: Une bande de prostitution clandestine tombe

La Sûreté urbaine a démantelé un réseau clandestin de prostitution à la Cité Mixta, il y a un peu plus de deux semaines.

Il s’agit d’un homme et de quatre (4) filles dont l’une est âgée de 18 ans. Selon Les Echos, qui donne l’information, la bande a été déférée au parquet. Ces individus ont été inculpés pour proxénétisme, incitation à la débauche, détournement de mineure et exploitation sans autorisation administrative d’appartements meublés.

En effet, ce beau monde occupait des appartements dans un immeuble de la Cité Mixta. Le groupe chassait sur internet avec des publications explicites sur un sulfureux site de rencontre pour attirer de la clientèle. « Préliminaires ‘you saf sap’ – qui veut dire ‘alléchants’ – comme si c’était avec votre copine. Votre satisfaction, notre priorité. Nous vous massons avec une huile hyper relaxante. Surprise bonus avec de la bonne suce avec du miel cristallisé. Pas de regret après la séance, c’est assuré mes amours. Nuru massage body et sucer ‘bou nékh’ (signifiant ‘bon’) au 78…», tel est le message publié afin de mettre dans leurs filets de potentiels clients.

Les mis en cause ont été dénoncés par des voisins qui soupçonnaient l’implantation dans leur quartier d’un réseau de proxénétisme. Intrigués par les va-et-vient incessants, ces derniers ont alerté la police.

Les dénonciateurs ont confié que les occupants des appartements suspects sont des proxénètes. Ils proposent des partenaires sexuels à des adolescentes moyennant de l’argent.

Pendant la descente sur les lieux, la police a arrêté N. Thiaw, M. Sène, N. Sankaré, K. Mboup et D. Sène, le seul homme du groupe. La fouille des appartements a permis de mettre la main sur six (6) téléphones portables (2 IPhone X-Max, 2 Itel et 2 Samsung) et de l’huile de massage. Les appareils servent à caler les rendez-vous avec les clients, d’après les enquêteurs.

N. Sankharé, 27 ans, a déclaré être une prostituée dûment inscrite au fichier sanitaire. « Je recevais mes clients dans la chambre que je louais à quinze mille (15 000) francs CFA la journée auprès de D. Sène », a-t-elle confié aux limiers.

Quand à D. Sène, il a reconnu les accusations d’exploitation d’appartements meublés sans autorisation administrative. Mais, il a juré qu’il ignorait que ses locataires s’adonnaient à la prostitution et à des massages érotiques.

N. Thiaw, qui a fait la publication sur le site de rencontre, a défendu le contraire. Elle a avancé que D. Sène savait qu’elle pratiquait des massages dans son appartement. La jeune dame a en revanche affirmé qu’elle ignorait l’âge de M. Sène. Âgée de 18 ans, cette jeune fille lui reversait 30% des recettes récoltées des clients avec qui elle la mettait en rapport.

Les cinq (5) mis en cause seront jugés demain, vendredi, devant le tribunal des flagrants délits de Dakar.

Articles associés

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Restez informés

0FansJ'aime
3,506SuiveursSuivre
20,100AbonnésS'abonner
spot_img

Articles récents

Postafrique

GRATUIT
VOIR