29.5 C
Dakar
samedi, septembre 24, 2022
spot_img

Affaire du bébé déclaré mort par erreur à Kaolack: Réaction des responsables de l’hôpital El Hadji Ibrahima Niass

Suite à la médiatisation de l’affaire du bébé déclaré décédé et retrouvé vivant dans un carton, le personnel soignant de l’hôpital El Hadj Ibrahima Niass de Kaolack a réagi.

Le Dr. Kalidou Ly, porte-parole du personnel soignant a regretté l'”incident”, tel qu’il l’a défini, à travers une déclaration de presse, ce samedi.

« Il y a eu un incident dans cet hôpital particulièrement dans un service qui est la pédiatrie, qui est le plus grand service de cet hôpital », a concédé le président de la Commission médicale d’établissement (CME).

Le jour des faits, « le 1er mai, (l’hôpital) a reçu une référence venant de Guinguinéo. Il s’agit d’un nouveau-né, présentant un ictère néonatal avec des signes de gravité, des troubles neurologiques et respiratoires, qui a été naturellement admis sans aucun problème», explique le praticien. En outre, le patient a été vu et bien traité par les pédiatres. Malheureusement, deux jours après, il a commencé à présenter des complications à titre neurologique. « Il a été mis sur table de réanimation. Au 5e jour, il commençait à présenter des arrêts cardiorespiratoires et a bénéficié de deux réanimations suite à ces faits. Entre la dernière réanimation et l’évènement qui s’est produit, parce que le pédiatre était appelé pour une autre urgence, le bébé a présenté un troisième arrêt respiratoire », a raconté le porte-parole de la communauté médicale de Kaolack.

« L’aide infirmière, qui était la seconde du chef de garde, a pensé qu’il était décédé. Elle n’a pas demandé l’avis ni de la sage-femme, qui était chef de garde, ni du médecin, qui était occupé chez un autre patient. Elle a tout simplement rédigé l’attestation de décès et a envoyé le bébé à la morgue (…). Les agents de la morgue ont constaté qu’il n’était pas encore décédé, parce qu’entre-temps, l’activité cardiorespiratoire avait repris », affirme Dr. Ly.

Comme l’ont cru certains, le bébé n’a jamais été mis dans les tiroirs de la morgue ; il a été renvoyé au niveau de la pédiatrie. « Malheureusement, le soir même, le bébé est décédé », dit le médecin.

Le président de la commission médicale d’établissement de l’hôpital régional El Hadj Ibrahima Niass a confié que l’administration a demandé un rapport circonstancié des faits et une demande d’explication a d’ailleurs été servie à l’aide-infirmière.

« Les autorités, qui doivent être saisies l’ont été, chacun en ce qui le concerne, tirera les circonstances de ce qui s’est produit. Il ne s’agit nullement d’un manque de places, d’une impossibilité de prise en charge, encore moins d’une absence d’un personnel qualifié. Dans les conditions où nous sommes actuellement, cet hôpital est capable de prendre en charge ces genres de pathologies, ils l’ont pris en charge. Il y a eu un comportement isolé que nous déplorons nous-même parce que c’est regrettable, mais l’autorité prendra toutes les mesures qui sied en pareille circonstance », termine le Dr. Kalidou Ly.

Articles associés

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Restez informés

0FansJ'aime
3,497SuiveursSuivre
20,100AbonnésS'abonner
spot_img

Articles récents

Postafrique

GRATUIT
VOIR