Browse Category

Sénégal

//

Historique! La Cour suprême suspend l’ENA

Une première dans l’histoire! La plus haute instance des juridictions de la République a décidé d’annuler hier, jeudi 16 aout, le concours d’entrée à l’Ecole nationale d’administration (Ena). Une décision qui survient à l’avant veille des épreuves d’admission du cycle A.

Une vingtaine de candidats-fonctionnaires ont saisi la Cour suprême pour faire valoir leurs droits. Une moitié parmi eux a choisi de passer par le concours direct du cycle A. Les autres ont emprunté la même direction mais, pour le cycle B. A l’origine, leurs noms figuraient sur les liste provisoires des candidats autorisés à concourir. Cependant, à leur plus grande surprise, ils ont été éjectés des listes définitives d’admissibilité parues les 20 et 21 août alors que les tests psychotechniques devaient se dérouler les 22 et 29 août.

L’édition 2021 du concours d’entrée à l’Ena est sujet à beaucoup de remous. Pendant les tests psychotechniques du 22 août, plus de cent candidats s’étaient plaints d’exclusion pour défaut de carte d’identification nationale biométrique sans que les autorités compétentes les aient prévenus au préalable selon eux.

//

Inflation des prix : « Nio lank » interdit de marche

Le préfet de Dakar Mor Talla Tine dit niet à la marche du collectif « Nio lank » prévue initialement pour ce vendredi 17 septembre afin de protester contre la hausse des prix des denrées de première nécessité. L’arrêté préfectoral interdit ce mouvement d’humeur de peur de « troubles à l’ordre public » et « entrave à la libre circulation des personnes et des biens ».

El Hadji Mar Diagne, Souleymane Diouckou et Daouda Togola, initiateurs de cette manifestation avaient prévu d’emprunter l’itinéraire allant de la Place de la Nation jusqu’au Rond point RTS.

Face aux refus répétitifs de l’autorité administrative (la marche du 10 septembre était aussi interdite), le collectif « Nio lank » soutient mordicus que la manifestation est maintenue aujourd’hui. Excepté un revirement de dernière minute, des affrontements se profilent.

/

Touba sous haute surveillance pour accueillir le président Macky Sall

Le président de la République Macky Sall a prévu de se rendre à Touba ce samedi 18 septembre pour une visite de courtoisie avant le grand magal. A cette occasion, la Brigade d’intervention (Bip) et le Groupement d’intervention de la Gendarmerie nationale (Gign) ont sécurisé les lieux afin d’éviter d’éventuels débordements. Une mission de la Direction de la surveillance du territoire (DST) va aussi être dépêchée dans la ville sainte avant le jour-j.

Le chef de l’Etat, dans le même élan, procédera à l’inauguration du nouvel hôpital de niveau 3 dont les travaux ont démarré en 2016. Cette structure de santé de 32 milliards, bâtie sur dix hectares, vient en renfort aux hôpitaux de Matlaboul Fawzeyni et de Ndamatou. Avec une capacité d’accueil de trois cents (300) lits, elle permettra d’amoindrir les fréquentes évacuations vers Dakar.

//
Live

Covid-19 : L’Exonération fiscale sera appliquée à la presse sénégalaise…

Dans le langage financier, le quitus fiscal, est un document administratif exigé aux entreprises de presse ou les entreprises qui veulent soumissionner à un marché. Ainsi, selon la source économique interpellée par le journal économique, eau et assainissement, agricole sénégalais d’Afrique et du Monde (LEJASENAM), qui préfère garder l’anonymat : « Il, le quitus fiscal, est un document administratif, qui montre que l’entreprise de presse ou type d’entreprise ou le contribuable sont en règle au regard de l’assiette et du recouvrement des impôts sur le revenu, de la contribution des patentes, de la TVA et de tous autres impôts directs et indirects ». En effet, il est important de préciser que l’exonération fiscale pour la presse écrite, la presse en ligne, de communication audiovisuelle, dans le contexte de la COVID-19 difficile, qui a touché tous les secteurs notamment des médias, sera appliquée dans une quinzaine de jours. Ainsi, suite à la triangulation faite par le desk économie du journal LEJASENAM, d’Ici et d’Ailleurs, l’on apprend que : « Le Ministre des Finances et du Budget, Monsieur Abdoulaye Daouda Diallo, a paraphé, depuis le 6 septembre 2021, la note circulaire qui définira d’ici 15 jours ses modalités d’application. Et ça concerne les entreprises de presse telles que définies par la loi n°2017-27 du 13 juillet 2017 portant Code de la Presse. Pour la presse, les facilités fiscales seront pour les entreprises de presse écrite, de communication audiovisuelle et de presse en ligne définies par le Code de la Presse 2017 ». Pour rappel, l’exonération fiscale en faveur des entreprises de presse sera effective dans les prochains jours. Et son application a été paraphé, par ADD, Ministre en charge des Finances et du Budget au Sénégal, pour le compte de la direction générale des impôts et domaines (DGID). Bref, l’exonération fiscale, parfois aussi appelée exonération d’impôt, est essentiellement une exemption de payer, un impôt, prodiguée par la loi dans certains cas, comme dans le contexte de la COVID-19, à des entreprises de presse. Par Amadou Tidiane So

Avec  Rondelleplus Digital

//

Une année scolaire mouvementée dans le privé laïc

Le Syndicat Indépendant de l’Enseignement Privé du Sénégal (Sieps) menace d’en découdre avec le patronat dès la rentrée scolaire. Selon le secrétaire général du syndicat, Socé Fall, les directeurs des écoles privées refusent de se conformer à la législation sociale. A l’en croire, ces derniers ne paient pas à leurs agents les congés scolaires et même pendant les grandes vacances. Ce qui a installé les enseignants dans la précarité. Mais Socé Fall prévient que cette situation précaire ne peut plus continuer. Il réclame la mise en place d’une direction autonome de l’enseignement privé au Sénégal.

Source : Las

1 2 3 339