Browse Category

RDC

/

RDC: au moins 17 morts dans de nouvelles attaques armées dans l’Est

Au moins 17 personnes ont été tuées en 24 heures dans des attaques imputées à des membres présumés du groupe armé Forces démocratiques alliées (ADF) dans l’Est de la République démocratique du Congo, a-t-on appris mercredi de sources locales.

Les villages de Samboko, Tchani-Tchani et Kapoka ont été attaqués mardi « par les ennemis ADF » qui ont tué « à l’arme blanche douze personnes » et en ont enlevé un nombre indéterminé, a déclaré à l’AFP Donat Kibwana, administrateur du territoire de Beni, dans la province du Nord-Kivu (Est).

« Dix otages ont été récupérés » à l’issue d’une contre-attaque de l’armée, a affirmé à l’AFP Mathe Kwirathwiwe, un responsable de la société civile de Samboko, faisant état d’un bilan de « 15 morts, dont un militaire ».

Les trois villages attaqués sont situés dans le secteur enclavé de Beni-Mbau, dans l’extrême nord du Nord-Kivu, à la frontière avec la province voisine de l’Ituri.

Une embuscade mercredi sur la route fréquentée de Kasindi qui mène à la frontière ougandaise s’est soldée par un bilan de « deux véhicules incendiés » et « cinq décès »: deux chauffeurs et leurs clients, a déclaré à l’AFP Kambala Bashinde président de la section Beni de l’Association des chauffeurs du Congo (ACCO). Les deux véhicules tombés dans l’embuscade ont été incendiés par les assaillants, a-t-il ajouté.

Interrogé par l’AFP, l’administrateur du territoire de Beni a confirmé l’attaque, l’attribuant à « des assaillants ADF ».

Par ailleurs, dans un communiqué diffusé sur son site de propagande, le groupe État islamique (EI) a revendiqué deux attaques contre « deux postes de l’armée congolaise » dans des villages du secteur de Rwenzori, dans la partie sud-est de ce même territoire de Beni. L’EI affirme y avoir tué trois soldats congolais.

L’armée congolaise n’a pu être jointe dans l’immédiat par l’AFP pour réagir à ces informations.

Les ADF sont à l’origine des rebelles musulmans ougandais installés dans l’Est de la RDC depuis 1995, opposés au régime de Yoweri Museveni. Le 11 mars, les États-Unis ont placé ce groupe armé parmi les « groupes terroristes » affiliés à l’EI.

Ils sont accusés d’être responsables de la mort de plus d’un millier de civils depuis octobre 2014 dans la région de Beni et ses environs.

Les combattants ADF sont considérés actuellement comme les plus violents parmi la centaine des groupes armés actifs dans l’Est de la RDC. Leurs attaques touchent depuis quelques mois les territoires voisins d’Irumu et Mambasa, dans la province de l’Ituri.

Depuis début 2021, plus de 25 villages ont été attaqués et plus de 200 personnes tuées en Ituri et dans le Nord-Kivu, selon le Haut-commissariat de l’ONU aux réfugiés (HCR).

AFP

///

Sadio Mané prend une pose avec des agents de sécurité congolais

Sadio Mané est une figure incontournable du football. Si celui qui évolue au poste d’attaquant est très discret lorsqu’il s’agit de sa vie privée, le joueur a accepté de prendre une pose en compagnie des agents de sécurité congolais, à Brazzaville, hier, à la fin du premier entraînement des Lions du Sénégal.

Ce mardi 22 mars, l’international sénégalais a créé la surprise en acceptant de prendre une pose avec six agents de sécurité congolais sans doute ses fans. Un cliché rare, pris à l’issue de la première séance d’entraînement des Lions, à Kintélé, un quartier situé au nord de Brazzaville, à 25 km de la mairie centrale, où se trouvent le Complexe sportif de la Concorde de Kintélé et la future Université Denis Sassou-Nguesso. Une soirée sans doute inoubliable pour les agents de sécurité qui auraient rêvé ce moment.

Pour rappel, l’équipe du  Sénégal affronte le Congo, vendredi (16h), dans le cadre de la 5e journée des éliminatoires de la Coupe d’Afrique des Nations de football. 

Déjà qualifiée pour la phase finale prévue en janvier 2022 au Cameroun, la sélection sénégalais bouclera les qualifications par la réception de l’eSwatini, le 30 mars, à Thiès. 

//

BRAZZAVILLE / Décès du principal opposant Guy-Brice

Parfait KolelasGuy-Brice Parfait Kolelas, le principal opposant au président congolais Denis Sassou Nguesso, est décédé, a annoncé son porte-parole lundi matin. Le candidat à la présidentielle qui s’est déroulée dimanche avait été évacué dans l’après-midi par avion médicalisé vers Paris après avoir contracté le Covid-19.L’opposant congolais Guy-Brice Parfait Kolelas, principal rival de Denis Sassou Nguesso à la présidentielle qui s’est tenue dimanche au Congo-Brazaville, est décédé des suites du Covid-19 lors de son transfert en France, a indiqué, lundi 22 mars, à l’AFP son directeur de campagne. Il a ensuite confirmé cette information auprès de l’envoyé spécial de France 24. »Il est décédé dans l’avion médicalisé qui était venu le chercher à Brazzaville dimanche après-midi », a déclaré Christian Cyr Rodrigue Mayanda. « On va continuer à compter les bulletins. Il était en tête dans un certain nombre de localités », a-t-il ajouté. Il a appelé les partisans de l’opposant Kolelas à un rassemblement lundi à 11 h.L’envoyé spécial de France 24, Clément Bonnerot, précise que Guy-Brice Parfait Kolelas était accompagné, dans son avion médicalisé, d' »un médecin congolais ainsi qu’un réanimateur, il y avait également son épouse ». « L’avion a atterri à 1 h 35 à l’aéroport du Bourget à Paris mais M. Kolelas est décédé avant même de pouvoir arriver à l’hôpital », ajoute-t-il.Il se battait « contre la mort »L’opposant avait été testé positif au Covid-19 vendredi après-midi, et n’avait pu animer son dernier meeting de campagne à Brazzaville. À quelques heures du scrutin, il avait publié une vidéo dans laquelle il affirmait « se battre contre la mort ». »Mes chers compatriotes, je me bats contre la mort, mais cependant, je vous demande de vous lever. Allez voter pour le changement. Je ne me serais pas battu pour rien », avait affirmé dans cette vidéo Guy-Brice Parfait Kolelas, alité, affaibli, juste après avoir retiré un masque d’assistance respiratoire. « Levez-vous comme un seul homme. Faites-moi plaisir. Je me bats sur mon lit de mort. Vous aussi, battez-vous, pour votre changement. Il en va de l’avenir de vos enfants », avait-il ajouté avant de remettre son masque.Opposant historique, Guy-Brice Parfait Kolelas, 60 ans, est apparu cette année comme le seul vrai rival du président sortant Denis Sasssou Nguesso, 77 ans dont 36 au pouvoir, qui ne cachait pas sa volonté de se faire réélire dès le premier tour dimanche. Les résultats du scrutin ne sont pas attendus avant plusieurs jours.

Avec France 24 et Afp

//

PRESIDENTIELLE AU CONGO /Internet coupé

Bien qu’elles coûtent cher en termes économiques et de liberté, certains pouvoirs africains continuent d’abuser des coupures pendant les élections et les manifestations. C’est le cas du Congo-Brazzaville, ce dimanche, jour de scrutin présidentiel. Et bien que le chef de l’État sortant Denis Sassou Nguesso ait fait de la jeunesse sa priorité en les sondant fin février sur les réseaux sociaux, lors d’une enquête inédite sur leurs besoins, les anciennes habitudes n’ont pas disparu. « Les données du réseau montrent un effondrement presque total de la connectivité nationale à partir de minuit heure locale. L’incident se poursuit alors que les bureaux de vote doivent s’ouvrir », constatait plus tôt l’ONG de surveillance d’Internet, NetBlocks.Des raisons fallacieuses évoquéesLes journalistes de l’AFP ont également noté que l’accès à Internet s’était arrêté peu après minuit samedi et était toujours en panne à l’ouverture des bureaux de vote dimanche. « Le réseau Internet est inaccessible depuis peu après minuit (samedi 23 heures GMT). Il l’était toujours à l’ouverture des bureaux de vote dimanche à 7 heures locales (6 heures GMT), où 2,5 millions d’électeurs sont appelés à élire leur président de la République », rapporte l’Agence française de presse.Contrairement à la présidentielle de 2016 – remportée par Denis Sassou N’Guesso avec 60 % des voix —, les réseaux mobiles, téléphonie et SMS, restent en service. À l’époque, les autorités congolaises avaient déclaré vouloir « empêcher la publication illégale de résultats ». Le 16 mars, une cinquantaine d’organisations, dont Internet sans frontières, ont invité dans une lettre ouverte le président Sassou Nguesso à « garder Internet ouvert, accessible et sécurisé pendant toute la période de l’élection présidentielle de 2021 ».Internet et les réseaux sociaux « offrent un espace pour la communication, de débat public, de recherche d’informations sur les processus électoraux et les candidats, pour rendre compte et documenter les événements et les résultats », ont-elles insisté. « Les coupures d’Internet portent atteinte aux droits de l’homme, perturbent les services d’urgence et paralysent les économies. »Mercredi, entre 55 000 et 60 000 membres des forces de sécurité ont voté par anticipation. Ce vote anticipé est considéré comme une source de fraude potentielle par des adversaires du président sortant. La Conférence épiscopale, qui a émis de sérieuses réserves sur la transparence et la crédibilité de cette présidentielle, s’est vu refuser l’accréditation lui permettant d’envoyer des observateurs électoraux dans les bureaux de vote.Avec Afp7 577Personnes touchées461InteractionsBooster la publication

/

Les revenus miniers de la RDC estimés à plus d’1 milliard $ en 2021

En RDC, les recettes minières devraient rapporter 2.873 environ 1,389 milliard USD au gouvernement en 2021. Ces rentrées financières minières représentent 31,8% des recettes courantes de l’année estimées à 9.021 milliards de CDF.

Elles sont en baisse de 20,7% par rapport aux prévisions de l’année 2020, elles autres fixées à 3.622 milliards de CDF. A rappeler que le secteur minier contribue pour plus de 20 % au PIB de la RD Congo ; l’un des pays les plus riches au monde en matières premières. Premier producteur mondial de cobalt, le pays extrait également le cuivre, l’or, le coltan, le diamant, etc.

Source: ecodafrik.com

1 2 3