Browse Category

Nécrologie

////
Live

CÉRÉMONIE D’HOMMAGE Les adieux de l’Esp à Lotaly Mollet, l’étudiante lâchement assassinée

« Ce jeudi 17 juin 2021 au grand amphi Abdoul Aziz WANE, ils étaient venus nombreux pour honorer de leur présence la mémoire de Lotaly Mollet, étudiante en Master 01 au département Gestion, agressée mortellement dans la nuit du 19 au 20 mai 2021. La cérémonie s’est déroulée en présence du Directeur de l’ESP, Pr Fallilou Mbacké SAMBE, de l’ambassadeur du Congo au Sénégal, SEM Jean-Luc AKA-AVY, du Directeur des études Lamine THIAW, du Chef du département Gestion, ainsi que des membres de la famille éplorée. A cette occasion, la communauté estudiantine s’est fortement mobilisée pour rendre un dernier hommage à leur brillante camarade, qu’ils ont décrite comme une étudiante modèle, responsable, joyeuse, amie de tous, etc. Des qualités qui lui ont value l’estime de tout le monde, que ce soit à l’ESP, dans son lieu de travail ou dans son quartier.Le Directeur, par sa voie, a présenté à la famille éplorée les condoléances de toute l’ESP. Il a remis une enveloppe de 2 millions Fcfa aux parents de la défunte et s’est engagé à exonérer de tout frais scolarité sa sœur, étudiante au sein de l’école »

Source : Esp

//

Macky Sall chez Diagna Ndiaye

La ronde des personnalités se poursuit chez Diagna Ndiaye après le décès de son frère la semaine écoulée. Ce week-end, le chef de l’Etat s’est rendu au domicile de M. Ndiaye pour présenter ses condoléances. Le Président Macky Sall n’a pas tari d’éloges à l’endroit du président du Comité national olympique et sportif du Sénégal (CNOSS) qu’il qualifie de discret et efficace. Auparavant, il y a eu un ballet de personnalités de l’opposition, notamment le leader du Grand Parti, El hadji Malick Gakou, Pr Abdoulaye Bathily puis celle des ministres. «L’As» y a aperçu le ministre des Finances, Abdoulaye Daouda Diallo, ses collègues des Forces Armées, Me Sidiki Kaba et des Affaires Etrangères, Me Aïssata Tall Sall mais aussi et surtout l’ancien Premier ministre Mohammad Boun Abdallah Dionne qui est sorti de l’ombre pour aller présenter ses condoléances à son ami. Il faut aussi signaler la présence de dignitaires de Touba et de Tivaouane chez DiagnaNdiaye. C’est aussi cela le Sénégal…

Source : Las

///

NÉCROLOGIE / Khalifa Sall a perdu sa mère

L’ancien maire de Dakar vient de perdre sa mère. Une triste nouvelle confirmée par Barthélémy Dias.  » C’est avec une grande tristesse que j’ai appris le rappel à Dieu de notre maman Adja Awa Niang,mère de notre camarade le Président Khalifa Ababacar Sall.Par ma voix la commune de Mermoz Sacré cœur présente ses sincères condoléances à la famille éplorée particulièrement à mon grand frère Khalifa Sall. Que Dieu l’accueille en son paradis », a-t-il posté. Libération online s’incline devant la mémoire de la défunte et présente ses sincères condoléances à Khalifa Sall.

Source : Libération

////

DÉCÈS DE BÉCHIR BEN YAHMED / L’hommage du professeur Abdoulaye Bathily »

Les hommages sont unanimes. Fondateur du magazine Jeune Afrique, Béchir Ben Yahmed aura gravé par sa plume d’observateur et d’acteur avisé la marche de notre continent et ses relations avec le monde durant les soixante dernières années.Les témoignages de ses proches collaborateurs anciens et actuels ont campé à souhait le portrait de ce personnage emblématique de la presse africaine qui fait figure d’icône . Qu’on soit pour ou contre sa ligne éditoriale, Jeune Afrique s’est affirmée comme une institution dont la voix compte et reste écoutée.J’ai rendu plusieurs fois visite à la rédaction de Jeune Afrique à l’invitation d’amis journalistes comme Francis Kpatinde, François Soudan… Ainsi que les regrettés Siradiou Diallo, Elimane Fall et Senen Andriamirado. A l’occasion, mes hôtes m’introduisaient auprès de “Béchir”, le “patron “, histoire de lui dire bonjour ! Je notais toujours avec étonnement sa connaissance jusqu’aux détails des derniers développements de la situation politique au Sénégal , émaillé de rappel de ses liens d’amitié avec les Présidents Senghor et Abdou Diouf et non sans faire allusion à des péripéties de mon propre itinéraire d’opposant … Personnage impressionnant entre autres par sa vaste mémoire des événements et des acteurs!En Décembre 2016 alors que j’étais en escale à Paris pour Libreville venant de New York où j’avais présenté mon rapport au Conseil de Sécurité sur la situation en Afrique Centrale, Bechir me fit l’honneur de m’inviter à dîner à son domicile. Ce fut l’occasion unique pour moi d’une longue conversation en tête à tête dans une ambiance détendue avec ce monstre sacré de la presse franco-africaine . Je découvrais alors de plus près le personnage dans sa splendeur de témoin exceptionnel de l’histoire de l’Afrique contemporaine.Saisissant cette occasion propice au dévoilement mutuel (voire aux confidences), je lui avouais ce que fut mon admiration de jeunesse pour Jeune Afrique et son prédécesseur Afrique Action dont les livraisons sur le conflit franco tunisien à propos de la base militaire de Bizerte, la tragédie de Lumumba et bien d’autres événements des indépendances ont contribué à l’éveil de ma propre conscience militante. Je confessais tout autant la préférence que j’ avais pour sa rubrique éditoriale “ce que je crois “. De cet échange mémorable est née entre nous une sympathie réciproque . La disparition de Béchir Ben Yahmed laisse un immense vide . Je présente mes condoléances émues à sa famille, à la Rédaction de Jeune Afrique et aux amis de ce grand Africain citoyen du monde !

Professeur Abdoulaye Bathily ».

//

NÉCROLOGIE/COVID-19 Béchir Ben Yahmed, fondateur de Jeune Afrique, est décédé

Le fondateur de Jeune Afrique s’est éteint ce lundi 3 mai à l’âge de 93 ans. Il était hospitalisé à Paris depuis la fin du mois de mars.Né à Djerba le 2 avril 1928, dans une Tunisie sous protectorat français, Béchir Ben Yahmed, fondateur et patron historique de Jeune Afrique, est décédé lundi 3 mai à l’hôpital parisien Lariboisière des suites d’une contamination au Covid-19.Militant du Néo-Destour aux côtés de Habib Bourguiba, Béchir Ben Yahmed avait été, très jeune, ministre dans le premier gouvernement de la Tunisie indépendante. Mais la tentation du journalisme l’habitait déjà : en 1956, il lançait l’hebdomadaire L’Action puis, en 1960, Afrique Action qui, un an plus tard, allait devenir Jeune Afrique.Après avoir mené de front ses carrières ministérielle et journalistique, il avait finalement opté pour la seconde et, pour se donner les moyens de son indépendance, avait décidé en 1962 de quitter Tunis pour Rome. Puis, deux ans plus tard, pour Paris où le groupe est toujours installé.Des générations de lecteurs.Fondé pour accompagner le mouvement d’émancipation des peuples qui, à l’orée des années 1960, accèdent à l’indépendance, Jeune Afrique a pris une part active dans tous les combats qui ont depuis rythmé l’histoire du continent : contre les partis uniques et pour la démocratisation dans les années 1970-1980, pour l’indépendance économique dans les années 1990-2000 et pour l’inclusion de l’Afrique dans la mondialisation dans les années 2000-2020.Considéré à ses origines comme une gageure, le groupe qu’il a créé célèbre cette année son soixantième anniversaire. Véritable école de journalisme où sont passés Frantz Fanon, Kateb Yacine et, plus récemment, les prix Goncourt Amin Maalouf et Leïla Slimani, « JA » a marqué des générations de lecteurs. Son influence lui a même valu d’être qualifié de « 55e État d’Afrique ».

Avec Jeune Afrique

1 2 3 4